Carte de Saint Martin |  Forum | L'actualité | Les petites annonces Contact |  Plan du site 06h40  à  St Martin

tendances du dollar  1€=1,458$
 1$=0,686€

 

carte meteo de Saint Martin
Journée ensoleillée

T° air : 29°C
T° eau : 28°C

Houle NNE, creux de 1.8m
Vent E - 15km/h
 

 Bateaux à quai

Aucun

 Médecins

Liste des médecins à St Martin


 Forum

• Bonjour [u:1eae6f9d64]Je suis aussi à la r ... voir >>>

• [u:d9282c5728]Je suis un transitaire qualifié ... voir >>>

 L'immobilier

Immobilier recherche :
... voir >>>

Offre immobilière :
... voir >>>

Agences immobilière :
Liste des agences immobilières de Saint Martin ... voir >>>

 Photos de l'île

Photos de saint martin
Photos de nature
carnaval

 Les Pro à St Martin

  Toutes les adresses utiles

 Tél. urgents

Hopital : 05 90 52 25
Pompiers : 18
Gendarmerie : 17
Sauvetage mer : 0590 70 92 92
SNSM : 06 90 27 38 69
Medicall : 05 90 29 04 04
Police municip. : 05 9087 88 33
Police front. : 0590 87 57 13

 Archives


Saisissez le mot clé que vous recherchez


OU une date à consulter
    
Toutes les archives

 Sites à voir

La Juve - Club de foot à saint martin

actualite saint martin - le pelican   Fouiller les archives du Pélican :
    
  S'abonner au Pélican

  SAINT MARTIN

Mis à jour le 30/09/2009 à 10h37    

Le péril jeune
Avec 16 000 jeunes de moins de 25 ans sur son territoire, Saint-Martin est une île à la population particulièrement jeune. Mais l’encadrement adulte faisant défaut, ce fort potentiel peut également devenir un handicap...

Plus d’informations dans votre quotidien


Jeunes à Saint-Martin : un potentiel immense, une dérive inquiétante ?

Les gendarmes faisaient de la prévention hier midi à Concordia. Nombreux sont les collégiens et de lycéens qui « prennent leur pause déjeuner » dans les rues du quartier, du fait de l’absence de cantine scolaire. En trois jours deux homicides de jeunes de 20 ans à peine sont venus endeuiller Saint-Martin. Incompréhension, doute, questionnement accompagnent inévitablement ces drames qui font écho, à d’autres faits-divers impliquant des jeunes. Des bagarres entre collégiens, dont les débordements violents se déroulent en plein centre-ville, sous les yeux effarés des passants. Car les bagarres ne se limitent pas aux mains. On peut y voir des armes blanches, des bâtons brandis et le sang couler. Bien avant que ces faits-divers ne viennent faire les gros titres des journaux locaux, la prise en compte de la jeunesse, de son mal-être, de son identité propre, était évidemment un questionnement pour tous. Le président Gumbs en avait fait une de ses priorités politiques lors de son investiture. Ancien proviseur adjoint du lycée des îles du Nord, il a fait l’expérience des dégâts de l’absentéisme scolaire au sein de son établissement. Au point d’imaginer, pour sortir ces jeunes d’une spirale de l’échec, de conclure des contrats d’objectifs avec les familles. Afin de remettre ces dernières au centre d’un dispositif d’encadrement des jeunes. Les premiers ont été signés officiellement il y a quelques semaines à peine.
La prise en compte des jeunes, de leurs besoins, passe également pour la Collectivité par un soutien, notamment financier, aux associations et aux clubs sportifs, à même d’encadrer le temps hors scolaire de tous ces jeunes gens. Malheureusement, les structures ne couvrent pas toujours tous les quartiers et les clubs se heurtent régulièrement à des équipements mal entretenus ou bien fermés ou encore occupés par d’autres activités temporaires ! Reste à gérer le nombre. 16 000 jeunes pour environ le même nombre d’adultes, alors qu’en métropole on compte 4 adultes pour un seul jeune. L’encadrement fait défaut ici nettement plus qu’ailleurs. On ne recense, par exemple, que deux éducateurs de rue, pour l’ensemble du territoire de Saint-Martin, quand dans de nombreuses communes de métropole, un maillage serré de centres sociaux, de maisons de quartier, aux animations multiples, permettent de guider, d’éduquer, d’encadrer la fougue naturelle de la jeunesse. Mais lorsque celle-ci se retrouve sans repères, sans garde-fous, il se produit des drames. Il faut agir et vite.

Plus d’informations dans votre quotidien

GRIPPE A (H1N1) Saint-Martin épargnée par l’épidémie ?

testLes deux COM de Saint-Martin et Saint Barth semblent épargnées par l’épidémie de grippe A (H1N1), alors que chez nos voisins des DFA, l’activité grippale ne cesse d’augmenter.
En métropole également, la circulation du virus A (H1N1) 2009 se poursuit. Pour la semaine du 14 au 20 septembre 2009, le dernier point réalisé par l’Institut National de veille sanitaire, met en évidence que l’incidence des consultations pour grippe clinique estimée par le Réseau Sentinelles continue d’augmenter à 262 cas pour 100 000 habitants – le seuil épidémique est de 90 cas pour 100 000 habitants.
A Saint-Martin, sur les sept prélèvements en cours, quatre sont négatifs. Le dernier résultat d’un prélèvement effectué sur un personnel encadrant de la maternelle Evelina Halley a définitivement écarté toute suspicion. Trois prélèvements sont toujours en cours d’analyse à l’Institut Pasteur de Cayenne.
Pour les autorités sanitaires, la situation épidémiologique n’est pas préoccupante. La vigilance, en milieu scolaire surtout, reste toutefois de mise. Les directions des différents établissements scolaires de l’île continuent à faire « remonter » au quotidien les signalements d’absence dans les classes et les enquêtes scolaires se poursuivent.


Plus d’informations dans votre quotidien

Une centenaire tout sourire !

Le président Frantz Gumbs remet un bouquet à Mme Olette Hyman. Une centenaire tout sourire !
Une centenaire à l’ouïe fine et à l’humour piquant. Lundi après-midi, Olette Hyman, une habitante de Quartier d’Orléans fêtait son 100e anniversaire en famille, à la maison, mais également très entourée par une foule de personnalités venues tant de la partie française que de la partie hollandaise. Car Olette Hyman, née Gumbs en 1909, est apparentée de très près à la famille de Louis-Constant Fleming, sénateur de Saint-Martin, dont elle est la tante. Mais aussi à celle de Sarah Wescott-Williams, de part le mari de celle-ci. Elle compte également dans les membres, proches de sa famille, le sénateur de Sint Maarten, Marcel Gumbs. Et reste également en lien généalogique, plus lointain, avec le président de la Collectivité, Frantz Gumbs. Olette est la preuve vivante du Saint-Martin/Sint Maarten d’autrefois dont l’île n’était finalement que le territoire d’un même village dont les frères, soeurs, cousins ou cousines se répartissaient de part et d’autre d’une frontière encore plus virtuelle que celle d’aujourd’hui ! Et tout ce petit monde se retrouvait lundi après-midi dans son salon pour rendre hommage à cette lady qui n’a rien perdu ni de son humour, ni de son sens de l’à propos. Droite, fière et coquette, la centenaire était également entourée de sa soeur, Yvette Hodge Fleming et de son frère Maurice Augustin Gumbs, tous heureux de ce rassemblement dans la maison de Quartier d’Orléans et portant tous très dignement leur grand âge. Quand on demande à Maurice Augustin ce qui explique cette droiture dans le port, il nous a répondu, espiègle, «la famille a toujours été forte». Quant à Olette, elle a reçu avec un plaisir évident, de multiples bouquets de fleurs de la Collectivité et une plaque du sénateur remise par son suppléant, Louis Jeffry. Olette Hyman est la 3e centenaire (officielle !) résidant à Saint-Martin. L’un d’eux a dépassé le siècle à la Maison de retraite de Béthany Home. Un autre monsieur résident de la maison de retraite est également centenaire, mais il est originaire de Saint-Barthélemy...

Plus d’informations dans votre quotidien

BPDJ : trois hommes de bonne volonté

La Brigade de prévention de la délinquance juvénile avec l’adjudant Thévenet et les gendarmes Allamanno et Bove. Ils sillonnent les établissements scolaires pour des rencontres avec les jeunes, en primaire, au collège et au lycée. Les trois gendarmes qui composent la BPDJ n’en finissent pas de tisser des liens avec les jeunes. Depuis quelques mois, ils observent notamment de près le phénomène des bandes, chacune étant identifiable à la couleur de leur T-shirt. Faute de repères sociaux suffisants avec des adultes, l’appartenance à un groupe est un réflexe sociologique du jeune. Dans 80% des cas, ce phénomène ne déborde pas, selon les gendarmes de la BPDJ. Mais il y a des dérapages. «Notre approche est toujours très bien reçue par les jeunes, nos messages compris» affirment les gendarmes de la BPDJ. La BPDJ assume un rôle de prévention, depuis 2004 sur Saint-Martin, considérable. Pas moins de 292 actions d’information et d’éducation tout au long de l’année 2008. Parfois le message est plus formel : 49 rappels à la loi ont été effectués en 2008. Parfois, le message passe par les loisirs, une approche culturelle ou sportive . Ce sera encore le cas le 17 octobre prochain avec un tournoi de street basket sur le stade Vanterpool, pour sensibiliser des jeunes de 5e et 4e au problème de l’absentéisme scolaire. «Ces jeunes on les suivra d’année en année, on ne va pas les lâcher ». L’autre initiative de cette rentrée serait d’aider des jeunes volontaires à préparer le concours d’entrée à la gendarmerie. Chaque année une vingtaine de jeunes saint-martinois s’y présente, mais échoue dès la première série d’épreuves. «En les aidant scolairement avec des enseignants, en leur faisant découvrir la réalité du métier on pourra mieux les préparer». Le projet est expérimental cette année. Il a le mérite d’exister.

Plus d’informations dans votre quotidien

Ambiance à venir sur le rallye des Pharaons : à partir de dimanche prochain.

Association Guns Lingers de Grand Case : un sacré Steel Band !

:  les Gunslingers en pleine action…L’objectif est d’apprendre à jouer du steel pan ou « pan », instrument traditionnel des Antilles, dont le berceau est situé à Trinidad. Il s’agit en fait à l’origine de bidons de pétrole recyclés, donc de déchets industriels, coupés à différentes hauteurs. La tessiture obtenue dépend du diamètre de l’ovale martelé dans le fût : plus il est grand, plus le son est grave. Un seul outil est nécessaire pour l’accorder : un marteau...
Il y a peu de temps que la musique est mise sur partition, auparavant, c’était surtout un gros travail de mémoire pour les musiciens et une question de « feeling », d’oreille…
« C’est important car le Steel Band est une attraction sur l’île, à valoriser au même titre que tout ce qui peut promouvoir la culture Saint-Martinoise », selon Eric Benjamin.


Plus d’informations dans votre quotidien

Consulter les archives du journal le Pelican
Le pélican - le quotidien de Saint MartinConcordia - Centre Llobrégat
Tél. 05 90 52 21 45
Fax 05 90 52 21 07
lepelican@domaccess.com